Pierre_Henry2Ce compositeur français de musique électroacoustique a créé en 1967 une oeuvre qui fait date dans l'histoire de la musique. Il s'agit de la Messe pour le temps présent (en fait c'est un ballet commandé par le chorégraphe et danseur Maurice Béjart). On y trouve des bruitages (faits par synthétiseurs) qui se mélangent à une musique pop ou rock. Les élèves sont davantage choqués par la grimace du compositeur que par sa musique ! Il n'ont pas encore vu la chorégraphie !

Dans la deuxième pièce, intitulée Psyché-rock, on entend un trombone, des flûtes, des cloches (les seuls instruments acoustiques), tandis que l'orchestre rock (batterie, guitare basse, guitare électrique avec effet de distorsion) joue un ostinato (courte formule répétée) de 4 notes : mi la si la, durant tout le morceau. Des bruitages viennent se superposer à l'ensemble : on parlera d'objets sonores que l'on tentera d'identifier avec un maximum de précision :

-- on leur donnera une durée (longue/brève) ;

-- une intensité (forte/piano) ;

-- une direction (vers l'aigu/vers le grave/statique) ;

-- ces sons peuvent être lisses ou rugueux ;

Psyché-rock : ici

Nous écoutons ensuite le Prologue (le premier mouvement de la Messe pour le temps présent). Un immense bruit de tôle ou de cage d'escalier résonne au début (c'est bien entendu un son synthétique). Pendant que la batterie fait une sorte de solo d'autres petits objets sonores sont repérables : une pièce qui tombe et tourne sur elle-même sur un plateau métallique ; les bruits avec élan déjà entendus dans psyché rock. Par ailleurs on reconnaîtra la même instrumentation : batterie, basse, flûte, trombone. Prologue : ici

 

 

daniel_balavoineA coté de ça nous chantons une belle chanson de Daniel Balavoine : La vie ne m'apprend rien.

Pour méditer le texte c'est ici ; La Vie Ne M'Apprend Rien

Pour écouter la version de Balavoine : La vie ne m'apprend rien