NuitEtoileePièce orchestrale contemporaine (1978) du compositeur français Henri Dutilleux (né en 1945), Timbres espace, mouvement est sous-titrée La Nuit étoilée en référence au tableau du même nom de Vincent Van Gogh. Le compositeur a voulu décrire l'effet de tournoiement quasi cosmique qui s'en dégage. (Observez les traînées lumineuses dans le ciel.)

Le timbre est marqué par une orchestration grave, sans violons ni altos, avec une grande importance du pupitre des vents et de percussions, et beaucoup d'instruments solistes : chacun apportant son timbre propre (sa couleur à lui !).

L' espace est représenté par les tessitures extrêmes des instruments : du plus grave au suraigu. On a l'impression d'un espace très large, très haut, très profond (écoutez les sons qui résonnent longtemps).

Le mouvement est symbolisé par la rythmique tournoyante, semblable aux éclats jaunes des étoiles de Van Gogh. Notamment à partir de 1'58 jusqu'à un sommet atteint vers 3'00 avec des trilles, des trémolos... on voit littéralement les notes vibrer, tourner, s'enrouler...