City Life est une œuvre emblématique du minimalisme américain. Le résumé pour l'histoire des arts est ici : City Life Résumé.pdf

En amont nous faisons un travail de recherche sur le compositeur Steve Reich, et sur cette œuvre en particulier. Il s'agit de rédiger un petit paragraphe pour présenter le personnage et pour comprendre la genèse de City Life. De retour en classe nous expliquerons ce qu'on entend par minimalisme ou musique répétitive, et comment fonctionne un échantillonneur. Différents texte à trous nous permettront de caler les éléments précédemment trouvés :   City Life -- Texte à trous Trous.pdf

Parallèlement à cette œuvre nous chantons "Don't stop believin" de Journey. Le refrain à trois voix !

Et nous frappons "Clapping Music" du même Steve Reich. On devine aisément qu'il s'agit de musique minimaliste, car la composition est issue d'une courte formule rythmique. On aborde ici la notion de déphasage. Chaque mesure doit être rejouée six fois, et la voix deux est donc la mesure décalée d'une croche. Voici la partition : Clapping Music.pdf

Pour ouvrir le sujet nous visionnons un extrait du film de Lars Von Trier "Dancer in the dark", et nous tentons de faire des parallèles entre les deux œuvres.